Sélection (0)
TROUVEZ VOTRE VOYAGE Accueil > Europe > France > Massif Central
Rechercher
recherche avancée
France - Massif Central / Accompagnée

Rencontre avec les Cévennes

Durée : 7 jours

Niveau : Facile

Groupe : De 5 à 8 personnes

Ajouter à ma sélection
S'inscrire à ce voyage
ou poser une option

Partager sur

Partager sur Facebook

Rencontre avec les Cévennes

7 jours / 6 nuits / 5 jours de randonnée

Les ingrédients ont été soigneusement choisis pour ce séjour à Florac et ces cinq randonnées accompagnées. Chaque journée a été construite pour associer un milieu et ses paysages à la rencontre des producteurs et de leurs produits. C’est ce lien intime entre l’homme et la nature que nous vous proposons dans ce séjour. Chaque soir, le retour à l’hôtel*** procure un réel bien-être. Le chef du restaurant l’Adonis, Martial Paulet, est très attaché aux produits des Cévennes : il a d’ailleurs confié ses recettes aux châtaignes dans une émission Des racines et des ailes.

Jour 1

Installation à l'hôtel
Le rendez-vous est donné à 17h en gare d’Alès et la navette assure le trajet jusqu’à Florac, pour une installation dans les chambres que les randonneurs retrouveront chaque soir. Premier dîner au restaurant l’Adonis : le chef fait découvrir les spécialités locales tout en variant les menus, sur la base d’une cuisine équilibrée et adaptée au rythme des cinq randonnées.

Jour 2

Le Causse Méjean, des dimensions fortes
Randonner sur le plus haut des plateaux calcaires des Grands causses c’est un peu comme être suspendu. Le Causse Méjean c’est le domaine par excellence du pastoralisme méditerranéen : l’élevage pratiqué ici depuis des millénaires qui est à l’origine des grandes steppes qui font la beauté singulière du lieu.
Au Viala de Grimoald, la rencontre est organisée avec un apiculteur, Philippe Montalbetti : il présente son activité et fait goûter ses miels toutes fleurs et de châtaignier. Passionné par le monde des abeilles, il sait raconter leur place et leur rôle mais aussi leur fragilité

Jour 3

La vallée de la Mimente, un condensé de Cévennes.
Tous les ingrédients de La Cévenne sont dans la vallée de la Mimente. L’accompagnateur y parle de châtaigne et de clède (petit bâti pour sécher les châtaignes), de schiste, de béal (petit canal), de païssière (petit barrage) , de moulin, de bancel (terrasse) mais aussi des camisards. Entre Florac et Saint-Julien-d’Arpaon, des escarpements dans les schistes sont spectaculaires et demandent quelques explications en géologie. Un peu plus tard on parlera climat et notamment des fameux épisodes cévenols. L’accompagnateur a les clés de la Ferme des Cévennes et propose la visite du hameau, de la chèvrerie et des caves d’affinage des fromages de chèvre.

Jour 4

Le Plateau du Tarn, la relation entre la montagne et les homme
La balade commence sur le sentier de découverte associé au centre d’information du Parc national des Cévennes de Mas Camargues. Autour des imposants bâtiments, mentionnés dès le XVIe siècle et habités jusqu’en 1922, on rencontre tour à tour des pâturages, des landes, des forêts, des tourbières, des pelouses d’altitude fréquentées par les transhumants. La source du Tarn est toute proche. Après la visite du village du Pont de Montvert, le retour se fait par la Ferme de Rampon qui est à la fois une ferme d’élevage, une ferme apicole et un lieu de production de fruits rouges, jus de pomme, miels, pains d’épices et nougats. Tous les ingrédients sont réunis pour servir un goûter cévenol et ouvrir la discussion sur l’adaptation au milieu local, l’éco-construction ou les châtaignes.

Jour 5

Les Gorges du Tarn, un vignoble ancestral méconnu
La marche à pied sur les sentiers de muletiers et les barques sur le Tarn furent, dans les Gorges, les seuls moyens de communication jusqu’à la fin du XIXe siècle. C’est cette ambiance que l’accompagnateur fait revivre pendant la balade. La traversée de Sainte-Enimie, cité attractive sur le tracé de la grande draille de l'Aubrac, introduit le grand nombre de pèlerins à accueillir et l’importante population locale à alimenter, du Moyen-Age à la Révolution. A Ispagnac, Sylvain fait visiter la cave du Domaine de Gabalie dont il est propriétaire et retrace l’histoire de la vigne en Lozère. Urbain V, pape renommé du XIVe, ne buvait que du vin de sa Lozère natale. Plus tard, chacun avait son carré de vignes, sa petite cave et cultivait avec courage les bancels abrupts. L’exode rural et la pénibilité du travail ont eu raison de cette culture. Mais Sylvain et un autre vigneron ont relancé dernièrement l’activité.

Jour 6

Draille, vallée profonde
En empruntant une portion de l’ancienne draille, c’est l’histoire des derniers lieux où se pratique la transhumance estivale de manière traditionnelle en utilisant ces chemins ancestraux employés par les bergers et leurs troupeaux pour rejoindre l’estive. Au col du Puecheral, descente de la pente nord pour rejoindre la vallée encaissée ou sont blottis le hameau de Malaval et Malbosc. Malaval, la mauvaise vallée... Malbosc : la mauvaise forêt... Qu'a donc fait ce lieu pour mériter de telles appellations. Mais elles ont plutôt semblé émettre de bonnes vibrations, et de cette randonnée en boucle on revient enchanté.

Jour 7

Séparation après le petit-déjeuner à Florac
Navette régulière bus retour au départ de Florac à 09h30 pour la gare SNCF d’Alès.

Ajouter à ma sélection
S'inscrire à ce voyage
ou poser une option

Partager sur

Partager sur Facebook

Les points forts

Paysages enchanteurs
Produits gourmets
Rencontre avec les producteurs

Le parcours

Cliquez pour agrandir

Restons connectés...

Restez informé avec notre Newsletter